Les exactions turques contre les Kurdes: comment face à de tels crimes peut-on parler de supprimer les visas pour les Turcs et de négocier l’adhésion de la Turquie à l’UE ?

Il y aurait beaucoup à dire sur la politique des forces de sécurité turques dans la partie kurde du pays. J’ai conduit hier une interview avec Dawid Wildstein, un journaliste polonais qui y a passé plusieurs mois ces derniers temps et qui peut témoigner personnellement des crimes commis par la police et l’armée d’Erdogan contre des civils, y compris contre des femmes et des enfants.

À la demande de Dawid Wildstein, je retranscris ici ce témoignage qu’il a reçu aujourd’hui d’une amie kurde. Cela se passe en ce moment-même en Turquie, un pays que Berlin et Bruxelles voudraient voir adhérer à l’UE :

Dans la ville de Cizre en Turquie, à la suite de tirs des forces turques, 28 civils sont bloqués dans une cave depuis plusieurs jours. Au cours des 5 derniers jours, 4 sont morts de pertes de sang consécutives à leurs blessures. Un autre est mort il y a quelques heures. Ce sont tous des civils, il n’y a aucun combattant parmi eux. Aujourd’hui, 3 de nos députés du HDP se sont rendus au ministère de l’Intérieur pour convaincre le ministre d’envoyer des ambulances. Ils ont dit qu’ils allaient en envoyer, mais quand les ambulances sont arrivées sur les lieux, les militaires ont ouvert le feu et les ambulances ont fait demi-tour. Après le départ des ambulances, ils ont intensifié les tirs d’obus contre le bâtiment. En conséquence de ces tirs, l’escalier s’est effondré et le plafond de la cave aussi. Ces civils n’ont pas d’eau, ils boivent l’eau des radiateurs qui leur cause des infections. La plupart de ces gens ne survivront pas jusqu’à ce soir. Ils vont tous mourir et il faut les aider en urgence. Je vous en supplie, faites circuler ce message au maximum.

Articles liés

2Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Marino , 28 janvier 2016 @ 14 h 39 min

    L’Union européenne va ouvrir un nouveau chapitre dans les négociations d’adhésion avec la Turquie, dont elle attend une meilleure coopération sur la crise migratoire et dans la lutte contre l’organisation Etat islamique (EI).

    Les négociations d’adhésion, ouvertes en 2005 mais bloquées depuis, ont reçu une nouvelle impulsion cet automne lorsque les Européens ont proposé à la Turquie un “plan d’action” pour endiguer le flux sans précédent de migrants tentant de gagner l’UE, afin d’améliorer l’accueil des réfugiés syriens et irakiens sur le sol turc mais aussi pour renvoyer les migrants économiques illégaux vers leurs pays d’origine.

  • Marino , 28 janvier 2016 @ 14 h 46 min

    Le premier ministre turc Erdogan s’est fait l’écho d’un point de vue prévalent en Turquie, selon lequel l’UE serait un « club chrétien », dénué de fondement légitime. Il considère que c’est la raison principale du refus d’accepter l’adhésion d’un État musulman dans l’Union.

Les commentaires sont clôturés.